Masculin et Féminin

Nous avons fêté ce lundi 25 mars l’Annonciation. Une belle fête de Marie, Mère des prêtres, qui conçoit le grand prêtre, Jésus.
A cette occasion, je vous partage quelques lignes assez originales, qui soulignent l’importance de la gratitude pour les prêtres et de la part des prêtres. Elles sont tirées d’un livre de Gabrielle VIALLA, du centre Billings France, qui a pour titre : « Recevoir le féminin ». C’est au chapitre V : « Le sacerdoce et la femme » :
  « On se plaint beaucoup d’une société sans père, comme d’un sacerdoce en péril. Je vois un lien entre l’effacement de la paternité et la disparition progressive de ce sentiment traditionnel de gratitude des hommes envers la mère de leurs enfants : gratitude qui a une valeur sociale exemplaire quand une certaine lassitude ou impatience face aux défauts pénibles de celle-ci se fait jour.
  « Je vois aussi un lien entre l’inquiétant manque de prêtres, et le défaut d’une gratitude féminine. Celle-ci porte trop souvent, non d’abord sur le don de soi objectif de la masculinité dans l’offrande des sacrements, mais sur d’autres considérations.
  « Toutefois, il reste un sujet d’interrogation. […] Où se situe la nécessaire réciprocité entre masculin et féminin au sujet du sacerdoce? Nous avons noté la réalité d’une dette féminine envers le sacerdoce masculin. Mais cette dette est peut-être d’autant plus difficile à accepter pour certaines femmes, que leur rôle propre, féminin, par rapport à l’Eucharistie, leur semble confus.
  « Pourtant, le cardinal Ratzinger, dans La Fille de Sion, fait remarquer que le féminin signifie « la réponse à l’appel divin de la Création et de l’Election. Elle exprime le fait qu’existe la pure réponse et qu’en elle l’Amour de Dieu trouve sa demeure irrévocable ».
  « […] Spirituellement, l’homme – comme la femme – a une dette envers Marie, la nouvelle Eve, pour son oui à la maternité divine. La femme – comme l’homme – a une dette particulière envers Jésus nouvel Adam, pour le don de Sa vie.
  « Ces dettes, à l’échelle divine, ou à l’échelle humaine, ne devraient pas devenir des occasions de revendications, ou de positions défensives ; elles sont au contraire des occasions d’émerveillement, de gratitude, de compréhension mutuelle. Il nous faut comprendre que l’exclusion, si elle est divinement voulue, est d’abord l’occasion de distinguer, dans les deux sens du terme  : différencier et mettre à l’honneur. »
Publicités

Deux événements de prière pour les prêtres

Deux événements de prière pour les prêtres se profilent à l’horizon :
– Notre neuvaine de prière pour les prêtres à Notre-Dame des Victoires (Paris), du 20 au 28 juin. La journée du samedi sera marquée par la messe présidée par le cardinal André Vingt-Trois, ancien archevêque de Paris, et par une conférence. Le programme est en cours de préparation.
– La semaine de retraite organisée par Virgo Fidelis du 7 au 12 juillet à Notre-Dame du Laus, prêchée par le P. Pascal Haegel sur le thème « Apôtre du sacerdoce ». Chacun est invité! Des familles peuvent se joindre en profitant de la conférence du matin, et en se retrouvant en famille l’après-midi. Pour les individuels, c’est en silence, avec une 2e conférence l’après-midi.

P. François-Jérôme Leroy

Le P. François-Jérôme Leroy, prêtre du Foyer de Charité de Baye, avait été accusé de pédophilie par un couple catholique proche de ce foyer. C’était une pure calomnie, afin de mettre de côté ce prêtre dans un litige immobilier qui l’opposait à cette famille. La police a découvert que toute l’accusation était fausse et finalement la justice a condamné le couple accusateur à 500€ d’amende et 3 mois de prison avec sursis. La peine aurait pu aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement effectif et 45 000€ d’amende.
Le calvaire de ce prêtre qui a duré une année, réduit à ne plus pouvoir être prêtre pendant ce temps et pointé du doigt, est donc terminé, et un signal fort est lancé envers des accusateurs calomnieux.

Correction fraternelle

Le Pape François vient de revenir sur la nécessité de la correction fraternelle. et j’aimerais préciser le fait que cela ne va pas à l’encontre de la bienveillance et de l’arrêt des critiques dont nous parlons. Il ne faudrait pas qu’il y ait de malentendu !
Je crois que maintenant tout le monde est bien persuadé qu’il faut absolument dénoncer tout acte criminel.
L’actualité de ces derniers temps pourrait nous amener à ne plus croire qu’il existe tant de bons prêtres, des prêtres qui donnent toute leur vie pour que nous cherchions comme eux à devenir des saints. Le plus terrible serait de perdre notre espérance.
Les prêtres ont besoin de correction fraternelle, mais n’oublions pas la bienveillance (ce que d’ailleurs, le mot « fraternelle » sous-entend). N’oublions pas qu’ils ont tant de paroissiens prêts à leur faire des remarques (petites ou grosses, constructives ou non…), tant de paroissiens qui parlent négativement d’eux derrière leur dos et que cela les blesse et peut beaucoup les décourager. Encourageons nos prêtres ! Il ne s’agit pas de les porter aux nues mais de voir un peu mieux ce qu’ils font de bien. Montrons leur simplement que nous leur faisons confiance.
 
« Une grande misère parmi les hommes,
c’est qu’ils savent si bien ce qui leur est dû
et qu’ils sentent si peu ce qu’ils doivent aux autres. »
Saint François de Sales

Etes-vous assez faibles pour devenir prêtres?

Cette semaine encore, je vous partage une vidéo très inspirante. Il s’agit de l’homélie d’ordination de prêtres aux Philippines. L’évêque adresse plusieurs questions aux futurs prêtres, que les prêtres parmi nous pourront longuement méditer, ainsi que chacun, car elles renversent bien des idées reçues :
– êtes-vous suffisamment faibles pour être prêtres?
– êtes-vous suffisamment « brisés » pour être prêtres?
– avez-vous suffisamment peur d’être prêtres?
En particulier, l’évêque fait un lien entre le prêtre qui rompt (brise) le Corps du Christ, l’Hostie, pendant la messe, et le prêtre qui est rompu (brisé) par les difficultés du ministère.
Je vous laisse la découvrir : elle est en anglais, mais on peut mettre sur youtube les sous-titres en français (en cliquant sur la roue dentée « paramètres », puis « sous-titres » > français)