Paix

Ce lundi 11 novembre, fête de Saint Martin, un des plus grands évangélisateurs de la France, nous avons célébré l’armistice qui a marqué la fin de la première guerre mondiale. On estime à 10 millions le nombre de morts…
On sait que le pape Benoît XV a cherché à oeuvrer à la paix, en particulier en 1917 (l’année des apparitions de Fatima!), mais en vain.
Dans ce conflit, tous les religieux, prêtres et séminaristes en âge et capacité de servir ont été mobilisés. Beaucoup sont morts et ceux qui en ont réchappé vivants ont été durablement marqués, comme tous les combattants de l’époque.
Cet engagement de consacrés a eu paradoxalement un effet positif. Peu de temps avant le début de la guerre, les années 1901-1906 ont été d’une extrême violence en France contre la religion catholique : loi sur les associations, séparation de l’Eglise et de l’Etat avec confiscation des églises mais aussi de tous les bâtiments (presbytères, évêchés, séminaires, immeubles divers), expulsion de la plupart des religieux qui ont dû quitter leurs monastères et fuir dans d’autres pays, interdiction aux religieuses d’enseigner dans les écoles privées, etc. Mais au retour de la guerre, l’engagement du clergé et ses sacrifices, au même titre que tous les citoyens, a été salué, et l’hostilité anticléricale s’est apaisée. Peu à peu, les religieux ont peu rentrer en France, l’Eglise avait de nouveau droit de cité dans le pays, etc. Ce sacrifice de nombreux prêtres a permis un renouveau de la foi dans les 40 années qui ont suivi!
Alors prions cette semaine pour tous les prêtres morts pendant des guerres ou des conflits (et il y en a encore en 2019…), et prions aussi et agissons pour être artisans de paix dans nos paroisses!

Saint-Jean du Latran

Samedi 9/11, nous fêterons la dédicace de la basilique du Latran (basilique du Très-Saint-Sauveur et des saints Jean-Baptiste et Jean l’Evangéliste, au Latran). C’est la cathédrale du pape, évêque de Rome.
Une occasion de prier pour le pape, lui qui nous le demande si souvent !