17 juin : Journée de prière pour les prêtres

17juinBDLe samedi 17 juin aura lieu une Journée de prière pour les prêtres! A Notre-Dame des Victoires à Paris, se rassembleront de 9h à 17h30 de nombreux mouvements de prière pour les prêtres.
Venons nombreux pour soutenir ceux qui ont donné leur vie pour nous!

Deux intervenants remarquables sont prévus:
– Le P. Bruno Thévenin, fondateur de la Mission Thérésienne,
– Le P. Joël Guibert, prédicateur de retraites, auteur d’un livre sur le Prêtre.

Bientôt tout le programme ! Mais voici déjà les premiers éléments:
– 9h : ouverture de la journée
– 11h : messe
– 12h : adoration
– 12h30 : pique-nique tiré du sac
– 17h : vêpres avec les soeurs
– 17h30 : fin

Le site : http://ndsacerdoce.org/17juin/

 

Prière à ND du Sacerdoce

Vierge Marie, Mère du Christ-Prêtre,
Mère des prêtres du monde entier,
vous aimez tout particulièrement les prêtres,
parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils Unique.

Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre,
et vous l’aidez encore dans le Ciel.
Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !
« Priez le Père des Cieux
pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson ».

Priez pour que nous ayons toujours des prêtres
qui nous donnent les Sacrements,
nous expliquent l’Evangile du Christ,
et nous enseignent à devenir
de vrais enfants de Dieu !

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père
les prêtres dont nous avons tant besoin;
et puisque votre Coeur a tout pouvoir sur lui,
obtenez-nous, ô Marie,
des prêtres qui soient des saints !

AMEN !

http://ndsacerdoce.org/priere-nd-sacerdoce.php

Jean 19

Je poursuis ce jeudi mes réflexions sur Jn 19, Marie et Jean au pied de la Croix.
– Marie aide Jean à consentir à la Croix. Sans elle, il est bien possible que Jean, comme tous les autres apôtres, n’aie pas eu la force d’accompagner Jésus dans sa Passion. Notre soutien pour nos frères ou pères prêtres est essentiel pour les aider à traverser les épreuves.
– Pour Marie, recevoir Jean comme fils est aussi une miséricorde de la part du Seigneur. En effet, Jean sera une consolation pour elle, elle ne restera pas seule, et elle pourra prolonger sa maternité. La nouvelle filiation qu’établit Jésus n’est donc pas qu’au bénéfice de Jean et des prêtres. Prendre soin des prêtres est une miséricorde du Seigneur pour nous, car cela nous donne d’exercer notre sacerdoce baptismal de maternité et de paternité.
– A travers Marie et Jean, ce sont deux dimensions de l’Eglise que Jésus nous donne à contempler. La dimension pétrinienne, hiérarchique, sacramentelle, sacerdotale à travers Jean, et la dimension mariale, baptismale, celle de la sainteté à travers Marie. Les deux sont inséparables! Tout baptisé a besoin des sacrements, de l’enseignement de la foi, et d’être guidé pour marcher vers la sainteté. Et la hiérarchie véritable, ce n’est pas celle des prêtres, mais celle de la sainteté, que les prêtres doivent vivre de manière exemplaire. Sacerdoce commun des fidèles et sacerdoce ministériel sont « ordonnés l’un à l’autre » (Vatican II, LG10).
– A la Croix, Marie ne fait pas que coopérer au sacrifice de son Fils en adhérant à l’offrande qu’il fait de lui-même, on peut même dire qu’elle le prolonge. En effet, la blessure du coeur a été faite après la mort de Jésus, donc après son offrande. Cette ultime blessure, c’était à Marie de l’accepter, d’y consentir, de l’offrir, et d’en dévoiler le sens, en particulier pour Jean.
Et Jean sera alors le témoin du sang et de l’eau jaillissant du côté de Jésus. Notre soutien des prêtres consiste alors à expliciter avec bienveillance l’enseignement des prêtres pour le rendre accessible à tous. Il va aussi jusqu’à contribuer à aider les prêtres à avancer dans la vie spirituelle.

Lieu biblique

Quel est le « lieu biblique » qui peut inspirer la Mission ND du Sacerdoce? Il me semble qu’il se trouve en Jn 19 : « 25 Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. 26 Jésus, voyant la mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : “Femme, voici ton fils.” 27 Puis il dit au disciple : “Voici ta mère.” Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. « 
Trois points pour aujourd’hui :
– Traditionnellement, l’Eglise voit dans ce passage la maternité spirituelle de Marie : Jésus confie, à travers Jean, toute l’humanité à Marie sa mère. Mais Jean n’est pas que le représentant de l’humanité. Depuis la veille, il est prêtre, et donc Marie est d’abord Mère des prêtres, Notre-Dame du Sacerdoce.
– Jésus est abandonné de tous, de ses disciples, de ses apôtres, de ses admirateurs. Cependant, il y a trois femmes et un homme qui ont bravé toutes les moqueries pour soutenir Jésus en sa Passion. Voilà sans doute pour nous une invitation à oser soutenir concrètement de notre affection les prêtres (Jésus est LE prêtre par excellence), en particulier dans leurs épreuves. Cela forme une petite communauté, une petite cellule de cinq personnes, à laquelle s’agrègera le Bon Larron et le Centurion qui vont se convertir. La dimension fraternelle est importante!
– La Croix est le sacrifice par excellence. C’est Jésus qui s’offre au Père pour le salut des hommes. A ce sacrifice, que Jean comme prêtre actualisera à chaque messe, Marie est associée d’une manière toute particulière. A la Croix, elle doit faire le sacrifice de son Fils pour accueillir Jean à sa place. Elle coopère au sacrifice de Jésus en offrant son Fils au Père, pour Jean, c’est-à-dire pour les prêtres. Nous nous associons à cette coopération de Marie lorsque nous offrons le jeudi notre communion pour les prêtres et les séminaristes. Comme elle, nous offrons à la messe Jésus au Père, pour que les grâces rejaillissent sur les prêtres.

Prier en paroisse pour les prêtres

Nous avons la responsabilité de prier pour nos prêtres, en particulier pour le ou les prêtres de notre paroisse : eux donnent leur vie pour nous, la moindre des choses est de prier pour leur sainteté!

Comment prier en paroisse pour les prêtres?

C’est très simple et à la portée de tout le monde! Nous vous proposons quatre idées à mettre en place en dialogue avec votre curé :

1) Réciter le chapelet

2) Organiser un temps d’adoration

3) Faire dire des messes

4) Rien ne marche? Déposez des tracts au fond de l’église!

L’offrande de la messe

Il y a déjà des éléments sur notre site ( http://ndsacerdoce.org/communion-jeudi.php et : http://ndsacerdoce.org/offrir.php , que je voudrais prolonger à partir du Concile Vatican II.

Que font au juste les prêtres et les fidèles pendant la messe? Il y a une chose qu’ils font ensemble, et une autre de façon différente.
– Ce qu’ils font ensemble, c’est d’offrir le Christ au Père. Jésus est venu pour nous donner le salut, et il nous l’a donné en s’offrant lui-même en victime sur la Croix. La messe est l’actualisation de ce grand mystère de foi: « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus; nous célébrons ta résurrection; nous attendons ta venue dans la gloire ». Le Christ nous permet – quelle grâce ! – de nous associer à cette offrande en nous offrant nous-mêmes (ce sont nos efforts, et toute notre vie), et en offrant Jésus. Jésus nous appartient! C’est ce qu’exprime le Concile Vatican II:
Les baptisés, « participant au sacrifice eucharistique, source et sommet de toute la vie chrétienne, offrent à Dieu la victime divine [Jésus] et s’offrent eux-mêmes avec elle » (Lumen Gentium 11).
« [que les fidèles,] offrant la victime sans tache, non seulement par les mains du prêtre, mais aussi ensemble avec lui, apprennent à s’offrir eux-mêmes et, de jour en jour, soient consommés, par la médiation du Christ, dans l’unité avec Dieu et entre eux pour que, finalement Dieu soit en tous » (Sacrosanctum Concilium 48).

Nos efforts ne sont peut-être pas grand chose, mais pris dans les mérites infinis de la Passion du Christ, ils acquièrent une grande valeur! Et c’est cela que nous voulons donner aux prêtres et aux séminaristes pour lesquels nous communions.

– Ce qui distingue les prêtres des laïcs, c’est la consécration. Seuls les prêtres ont reçu du Seigneur ce mystère de service pour tous les baptisés de pouvoir consacrer le pain et le vin en Corps et Sang de Jésus. Mais les fidèles ont aussi quelque chose à consacrer: le monde!
« Toutes leurs activités [des laïcs], leurs prières et leurs entreprises apostoliques, leur vie conjugale et familiale, leurs labeurs quotidiens, leurs détentes d’esprit et de corps, s’ils sont vécus dans l’Esprit de Dieu, et même les épreuves de la vie, pourvu qu’elles soient patiemment supportées, tout cela devient « offrandes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ » (1P 2,5) ; et dans la célébration eucharistique ces offrandes rejoignent l’oblation [=offrande] du Corps du Seigneur pour être offertes en toute piété au Père. C’est ainsi que les laïcs consacrent à Dieu le monde lui-même, rendant partout à Dieu dans la sainteté de leur vie un culte d’adoration » (Lumen Gentium 34).

Réjouissons-nous de pouvoir offrir « quelque chose » à Dieu : tout ce qui fait notre vie et Jésus lui-même! Le monde ainsi consacré, symboliquement le pain de l’offertoire « fruit de la terre et du travail des hommes », est lui même consacré par les prêtres pour devenir le Corps du Seigneur…